Après le premier confinement de 2020, je me suis promis de m’engager dans la vie associative et de consacrer un peu plus de mon temps disponible aux autres. En cherchant sur internet, je suis tombé sur l’association des Petits Bonheurs, et j’ai été touché par la force de leur engagement, la solidité de l’équipe administrative et bien sûr le sens de l’accompagnement auprès des personnes isolées par le sida : centré sur l’humain, et les petites choses du quotidien, à la fois dans un suivi individuel ou collectif, à l’hôpital ou chez les personnes accompagnées.

Cela fait maintenant 8 mois que je suis bénévole aux Petits Bonheurs. J’ai notamment été accompagné pendant les 4 premiers mois de bénévolat par François, mon parrain des Petits Bonheurs, qui m’a accueilli et guidé dans mes premières actions de bénévole. Nos échanges m’ont conforté dans mon engagement au sein de cette association. 

Être bénévole aux Petits Bonheurs m’a fait vivre des rencontres fortes et apporter des moments de joies à des personnes isolées par la maladie du sida. J’ai le souvenir notamment lors d’une sortie avec une personne hospitalisée de la joie sur son visage lorsque nous sommes allés visiter le musée de la Cité de la musique, et où nous avons assisté à un concert impromptu de guitare dans l’enceinte du musée. Elle venait de me confier quelques minutes auparavant qu’elle adorait cet instrument. Et quelques semaines après, j’ai été bluffé par son courage et son énergie pour retrouver une autonomie abîmée par la maladie lorsque je l’ai accompagné pour son déménagement dans un appartement spécialisé.

Être bénévole aux Petits Bonheurs m’a aussi appris à devenir un bénévole 2.0. Avec les phases de confinement et de couvre-feu, les Petits Bonheurs ont mis en place des ateliers virtuels pour pouvoir continuer à réaliser des actions groupées. J’ai pu co-animer avec plaisir des ateliers karaoké virtuels sur Zoom pour 4 à 8 personnes accompagnées : après une phase d’adaptation technique, nous avons pu chanter et rire tous ensemble en virtuel et leur faire retrouver le goût de la fête et oublier les soucis. C’est même devenu un rendez-vous incontournable et je suis admiratif de la capacité d’adaptation des Petits Bonheurs, à la fois de l’équipe administrative mais aussi de tous les accompagnés !

Après ces 8 mois de bénévolat, l’aventure ne fait que commencer et j’ai hâte de pouvoir continuer à m’investir au sein des Petits Bonheurs, qui est un vrai rempart contre la solitude pour les personnes touchées par la maladie du sida. 

 

Mon arrivée chez les Petits Bonheurs fût un peu un hasard. J’avais déménagé depuis peu sur Paris et mon travail me permettait d’avoir beaucoup de temps libre en fin de journée, avant que mes amis ne finissent leur journée. J’ai toujours eu ce besoin de me sentir utile donc je me suis inscrite sur jemengage.paris.fr. Les Petits Bonheurs ont été la première association à me répondre. Le “feeling” est passé dès le premier entretien et le fait de ne pas avoir à s’engager sur des créneaux récurrents était un point important pour moi. 

J’ai 27 ans et ça va faire 2 ans que je suis bénévole. Cela m’a apporté de très belles rencontres et le sentiment de se sentir utile en redonnant un peu de joie aux personnes accompagnées. A mes yeux, beaucoup de choses ne tournent pas rond dans notre monde actuel, alors se concentrer sur des petits bonheurs du quotidien est important. 

Ayant réalisé principalement des sorties collectives, j’ai de très bons souvenirs de chaque activité, que je n’aurais d’ailleurs jamais faite toute seule ! Les verres/goûters qui suivent sont des moments tout aussi enrichissants car chaque personnalité est différente et je pense que nous nous apportons beaucoup. 

Aujourd’hui je suis particulièrement heureuse de toujours faire partie de l’association, cette fois-ci à Bordeaux ! Je suis contente d’assister « au démarrage » dans cette nouvelle région et la récente rencontre d’une première personne à accompagner m’a beaucoup touchée.

Il me tarde de pouvoir accompagner de nouvelles personnes et assister à l’évolution de l’association dans cette nouvelle région.

 

J’ai décidé de rejoindre l’association LES PETITS BONHEURS, voilà 8 ans, j’étais au chômage et j’ai eu envie de mettre à profit une partie de ce nouveau temps libre en me tournant vers les autres, j’hésitais sur l’association à choisir et la nature de mon engagement mais en voyant le fondateur des PETITS BONHEURS Grégory BEC à la télévision, j’ai décidé que ce serait celle là et pas une autre.

Le bénévolat m’apporte beaucoup de joie, le plaisir de faire plaisir (ou d’essayer…) sans rien attendre en retour, et, paradoxalement, me permet de recevoir énormément en retour. C’est vraiment un échange : un regard, un sourire un “merci” apportent tellement, j’essaie d’apporter une certaine énergie, un peu de gaîté, de plaisir, de temps, sans jugement, sans apriori.

Je me souviens par exemple, avec beaucoup d’émotions d’une visite à des personnes hospitalisées depuis longtemps un soir de 31 Décembre : des gens très isolés, fragiles à qui nous avons apporté quelques douceurs : leur façon de recevoir ces petits cadeaux ont été mon plus beau cadeau cette année-là.

Béatrice LEROYER rejoint l’équipe des Petits Bonheurs en tant que coordinatrice de projets Nouvelle-Aquitaine.

Durant toute sa vie professionnelle, Béatrice a accompagné l’autonomie et le développement des personnes et des projets associatifs. Elle a exercé différentes missions dans des associations de solidarité internationale puis en France dans des centres sociaux.

Le point commun? Favoriser les conditions qui permettent à chaque personne de se réaliser et d’avancer. Avoir la chance d’être le témoin du cheminement de l’autre est un tel moteur pour elle, qu’elle s’est même formée au métier de coach professionnel et a créé son entreprise dédiée à l’accompagnement.

Avec le soutien de Pascal, notre administrateur bénévole basé à Bayonne, elle sera désormais le point de contact des Petits Bonheurs sur la région !

N’hésitez pas à lui écrire sur beatrice.leroyer@lespetitsbonheurs.org.

 

Ce mois-ci, les témoignages d’Aline et Pascal, deux bénévoles des Petits Bonheurs, sont mis en lumière sur le blog de l’engagement de la plate-forme https://www.jeveuxaider.gouv.fr/engagement/temoignage/les-petits-bonheurs-donner-un-appui-aux-personnes-vivant-avec-le-vih-ou-malades-du-sida/ !

Nous vous partagerons régulièrement les témoignages de nos bénévoles dont les parcours d’engagement sont aussi divers qu’enrichissants. Et si l’aventure vous tente, n’hésitez pas ! https://www.lespetitsbonheurs.org/devenez-benevole/

Thibaut VIGNES rejoint l’équipe des Petits Bonheurs en tant que nouveau Directeur Général. 

Durant ses 10 années à des postes de coordination et de direction d’associations, Thibaut a eu l’occasion de travailler dans des milieux très divers : la coopération internationale, l’éducation populaire, la jeunesse, l’animation et les solidarités locales. 

Engagé également à titre personnel dans des associations de lutte contre les discriminations (notamment dans le monde du sport et de la culture), c’est avec beaucoup d’énergie et d’idées qu’il vient apporter une nouvelle pierre au projet des Petits Bonheurs ! 

Après trois riches semaines de passation, il remplace donc Vincent BERTRAND, parti le 31 mars pour de nouveaux horizons (ensoleillés !).

Compte tenu du contexte, nous continuons nos ateliers en visio, ainsi ce Samedi 3 Avril, nous avons organisé un atelier de « Pâques » dédié aux enfants. Munis de boites d’œufs, de peinture et d’autocollants, ils ont réalisé leurs propres œufs décoratifs dans la joie et la bonne humeur.

Les enfants ont pu développer leur imagination et leur créativité, tout en apprenant à gérer leur concentration. Le temps de cet atelier, les mamans ont pu prendre un temps pour elles, avec toujours un œil confiant et amusé vers les écrans !

Quelques créations ci-dessous (que des pièces uniques !) :

L’association « Les Petits Bonheurs » recherche son/sa futur/e Coordinateur/trice de projets en Nouvelle-Aquitaine.

Dans le cadre du programme d’action, il/elle assure la coordination, la mise en œuvre, le suivi et l’évaluation du programme d’action Nouvelle-Aquitaine.

Pour en savoir plus sur le poste, retrouvez l’offre d’emploi détaillée ci-dessous.

N’hésitez pas à partager l’offre d’emploi dans vos réseaux.

 

Le week-end du SIDACTION 2021 aura lieu ces 26, 27 et 28 mars. SIDACTION et ses 31 médias partenaires sont plus que jamais engagés pour trois jours de mobilisation, de sensibilisation et de collecte auprès du grand public en faveur de la lutte contre le sida. A la suite de l’annulation du SIDACTION 2020 et d’un contexte toujours incertain pour son édition 2021, SIDACTION est en danger et a plus que jamais besoin de vous !

 

Pour soutenir Sidaction :

Par téléphone : en appelant le 110 (numéro d’appel gratuit)

Par Internet : www.sidaction.org
Par courrier : Sidaction – 228, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 PARIS

Par SMS : pour faire un petit don de 5€, envoyez le mot “DON” au 92 110 (coût d’envoi du SMS gratuit ou inclus dans les forfaits SMS)

 

Leur dossier de presse est téléchargeable ci-dessous.

Nous avons le plaisir de vous informer que notre rapport des activités 2020 est en ligne et téléchargeable.

En 2020, ce sont 496 personnes séropositives ou malades du sida (adultes – adolescents – enfants) ayant entre 4 et 92 ans qui ont bénéficié d’une ou plusieurs actions de soutien individuel et/ou collectif […] ; Nous avons réalisé au total 1081 actions d’accompagnement et de soutien personnalisés (entretiens d’évaluation initiale – accompagnement individuel – célébration des anniversaires) […] ; Ce sont 40 actions de resocialisation (sorties collectives  – animations en structures de soins – ateliers) qui ont été réalisées, dont 22 en extérieur, 11 en visio et 7 en structures […]”

Bonne lecture et découverte de notre bilan de l’année écoulée.