Les Petits Bonheurs, c’est d’abord une rencontre inattendue. Au détour d’une promenade dans le 9ème arrondissement, j’ai emprunté la rue Duperré et découvert le local de l’association au doux nom qui n’a pas manqué d’attirer mon attention.

Déjà engagé dans la lutte contre le VIH auprès d’une célèbre association de prévention, j’ai cependant souhaité me rapprocher de l’humain en le replaçant au centre de l’attention. Les Petits Bonheurs me permettant cette proximité, je n’ai alors pas hésité et me suis engagé comme bénévole, engagement qui dure depuis plus d’un an et demi maintenant.

Je travaille à plein temps la semaine mais l’organisation des Petits Bonheurs fait que des besoins naissent également le week-end, il m’est alors aisé de conjuguer vie pro, vie perso et bénévolat.

C’est toujours avec dévouement et empathie (qualités à mon sens indispensables pour ce faire) que je réalise chacun de mes accompagnements. C’est une évidence pour moi d’aider mon prochain qu’il s’agisse d’un soutien moral autour d’un café, d’une aide pour une démarche administrative ou encore d’une visite à l’hôpital.

Pour beaucoup des personnes que nous accompagnons, leur accorder du temps en les écoutant, en partageant et parfois en les rassurant est précieux car l’isolement auquel elles font face fait souvent obstacle à ces moments si chers.

Mon souvenir le plus intense fut lorsque que j’ai emmené au restaurant l’une de nos personnes suivies pour célébrer ses 80 ans, l’émotion la gagna au moment du dessert pour souffler ses bougies tellement elle était heureuse d’avoir eu une présence le jour de son anniversaire…

C’est ça « Les Petits Bonheurs », autant de petites attentions dont l’objectif est de (re)donner le sourire et de faire plaisir pour fuir la solitude !

 

Maxime Ricolleau, bénévole à l’association les petits bonheurs. Paris, 16 octobre 2019.

 

2022, une année que nous aimerions enfin voir différente. Telle un nouveau-né, elle a à peine quelques jours que nous y plaçons tous nos espoirs.
Pouvoir circuler, sortir, serrer fort ses proches, voir même les embrasser : des petits « riens » pourtant si importants.

De notre côté, nous continuerons à nous adapter au contexte sanitaire : que ce soit en présentiel, en visuel, ou tout simplement au téléphone pour souhaiter un anniversaire, nous avons toujours autant à faire pour disséminer des petits bonheurs.

Aux personnes que nous accompagnons,
à ceux et celles qui les accompagnent, bénévoles et salariées de l’association,
à nos amis les soignants et travailleurs sociaux,
aux partenaires qui nous soutiennent,
et à celles et ceux qui vont rejoindre l’aventure des Petits Bonheurs cette année, et nous aider à faire du lien et à transmettre de l’énergie,

je souhaite une année 2022 bonne, forte et généreuse.

Bechir, Président des Petits Bonheurs

La crise sanitaire a exacerbé la complexité des parcours de vie de certaines personnes que nous soutenons et Les Petits Bonheurs souhaite donc proposer un moment de « Grand Bonheur » à des personnes qui ont particulièrement souffert : une grande fête !

Nous souhaitons organiser un moment festif, convivial et dansant pour permettre à environ 80 personnes d’avoir un vrai moment joyeux pour les fêtes de fin d’année après deux années marquées par la solitude et l’arrivée de ce nouveau virus.

L’événement pour lequel nous vous sollicitons aujourd’hui a pour but de permettre à ces personnes de chasser leurs idées noires et de leur laisser un souvenir impérissable de ce moment d’exception ; moment qui aura effet durable et positif sur le moral des personnes invitées !

Nous souhaitons organiser un repas suivi d’un moment dansant. La priorité sera donnée aux personnes les plus isolées et notamment celles qui sont hospitalisées ou vivant en structures de soin depuis longtemps et qui n’ont souvent que notre association comme contact régulier.

L’association Les Petits Bonheurs ressent également fortement les effets de la crise sanitaire. En plus de la baisse de certains financements, nous devons également faire face à une augmentation des besoins et des demandes d’accompagnement et de soutien. C’est pourquoi nous vous sollicitons pour nous permettre d’organiser cet événement tout en envisageant notre année 2022 sereinement.

Vous trouverez ci-dessous le lien vers l’appel aux dons.

Merci par avance pour vos contributions et/ou la diffusion de cet appel autour de vous.

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/un-grand-bonheur-pour-les-personnes-des-petits-bonheurs

 

L’équipe des Petits Bonheurs

Après le premier confinement de 2020, je me suis promis de m’engager dans la vie associative et de consacrer un peu plus de mon temps disponible aux autres. En cherchant sur internet, je suis tombé sur l’association des Petits Bonheurs, et j’ai été touché par la force de leur engagement, la solidité de l’équipe administrative et bien sûr le sens de l’accompagnement auprès des personnes isolées par le sida : centré sur l’humain, et les petites choses du quotidien, à la fois dans un suivi individuel ou collectif, à l’hôpital ou chez les personnes accompagnées.

Cela fait maintenant 8 mois que je suis bénévole aux Petits Bonheurs. J’ai notamment été accompagné pendant les 4 premiers mois de bénévolat par François, mon parrain des Petits Bonheurs, qui m’a accueilli et guidé dans mes premières actions de bénévole. Nos échanges m’ont conforté dans mon engagement au sein de cette association. 

Être bénévole aux Petits Bonheurs m’a fait vivre des rencontres fortes et apporter des moments de joies à des personnes isolées par la maladie du sida. J’ai le souvenir notamment lors d’une sortie avec une personne hospitalisée de la joie sur son visage lorsque nous sommes allés visiter le musée de la Cité de la musique, et où nous avons assisté à un concert impromptu de guitare dans l’enceinte du musée. Elle venait de me confier quelques minutes auparavant qu’elle adorait cet instrument. Et quelques semaines après, j’ai été bluffé par son courage et son énergie pour retrouver une autonomie abîmée par la maladie lorsque je l’ai accompagné pour son déménagement dans un appartement spécialisé.

Être bénévole aux Petits Bonheurs m’a aussi appris à devenir un bénévole 2.0. Avec les phases de confinement et de couvre-feu, les Petits Bonheurs ont mis en place des ateliers virtuels pour pouvoir continuer à réaliser des actions groupées. J’ai pu co-animer avec plaisir des ateliers karaoké virtuels sur Zoom pour 4 à 8 personnes accompagnées : après une phase d’adaptation technique, nous avons pu chanter et rire tous ensemble en virtuel et leur faire retrouver le goût de la fête et oublier les soucis. C’est même devenu un rendez-vous incontournable et je suis admiratif de la capacité d’adaptation des Petits Bonheurs, à la fois de l’équipe administrative mais aussi de tous les accompagnés !

Après ces 8 mois de bénévolat, l’aventure ne fait que commencer et j’ai hâte de pouvoir continuer à m’investir au sein des Petits Bonheurs, qui est un vrai rempart contre la solitude pour les personnes touchées par la maladie du sida. 

 

Mon arrivée chez les Petits Bonheurs fût un peu un hasard. J’avais déménagé depuis peu sur Paris et mon travail me permettait d’avoir beaucoup de temps libre en fin de journée, avant que mes amis ne finissent leur journée. J’ai toujours eu ce besoin de me sentir utile donc je me suis inscrite sur jemengage.paris.fr. Les Petits Bonheurs ont été la première association à me répondre. Le « feeling » est passé dès le premier entretien et le fait de ne pas avoir à s’engager sur des créneaux récurrents était un point important pour moi. 

J’ai 27 ans et ça va faire 2 ans que je suis bénévole. Cela m’a apporté de très belles rencontres et le sentiment de se sentir utile en redonnant un peu de joie aux personnes accompagnées. A mes yeux, beaucoup de choses ne tournent pas rond dans notre monde actuel, alors se concentrer sur des petits bonheurs du quotidien est important. 

Ayant réalisé principalement des sorties collectives, j’ai de très bons souvenirs de chaque activité, que je n’aurais d’ailleurs jamais faite toute seule ! Les verres/goûters qui suivent sont des moments tout aussi enrichissants car chaque personnalité est différente et je pense que nous nous apportons beaucoup. 

Aujourd’hui je suis particulièrement heureuse de toujours faire partie de l’association, cette fois-ci à Bordeaux ! Je suis contente d’assister « au démarrage » dans cette nouvelle région et la récente rencontre d’une première personne à accompagner m’a beaucoup touchée.

Il me tarde de pouvoir accompagner de nouvelles personnes et assister à l’évolution de l’association dans cette nouvelle région.

 

J’ai décidé de rejoindre l’association LES PETITS BONHEURS, voilà 8 ans, j’étais au chômage et j’ai eu envie de mettre à profit une partie de ce nouveau temps libre en me tournant vers les autres, j’hésitais sur l’association à choisir et la nature de mon engagement mais en voyant le fondateur des PETITS BONHEURS Grégory BEC à la télévision, j’ai décidé que ce serait celle là et pas une autre.

Le bénévolat m’apporte beaucoup de joie, le plaisir de faire plaisir (ou d’essayer…) sans rien attendre en retour, et, paradoxalement, me permet de recevoir énormément en retour. C’est vraiment un échange : un regard, un sourire un « merci » apportent tellement, j’essaie d’apporter une certaine énergie, un peu de gaîté, de plaisir, de temps, sans jugement, sans apriori.

Je me souviens par exemple, avec beaucoup d’émotions d’une visite à des personnes hospitalisées depuis longtemps un soir de 31 Décembre : des gens très isolés, fragiles à qui nous avons apporté quelques douceurs : leur façon de recevoir ces petits cadeaux ont été mon plus beau cadeau cette année-là.

Béatrice LEROYER rejoint l’équipe des Petits Bonheurs en tant que coordinatrice de projets Nouvelle-Aquitaine.

Durant toute sa vie professionnelle, Béatrice a accompagné l’autonomie et le développement des personnes et des projets associatifs. Elle a exercé différentes missions dans des associations de solidarité internationale puis en France dans des centres sociaux.

Le point commun? Favoriser les conditions qui permettent à chaque personne de se réaliser et d’avancer. Avoir la chance d’être le témoin du cheminement de l’autre est un tel moteur pour elle, qu’elle s’est même formée au métier de coach professionnel et a créé son entreprise dédiée à l’accompagnement.

Avec le soutien de Pascal, notre administrateur bénévole basé à Bayonne, elle sera désormais le point de contact des Petits Bonheurs sur la région !

N’hésitez pas à lui écrire sur beatrice.leroyer@lespetitsbonheurs.org.